La faille du temps de Jeanette Winterson

Plaisir de lecture : 17/20

J’ai aimé:

  • La modernisation d’une œuvre de Shakespeare que je ne connaissais pas
  • Le magnifique style de l’autre

La faille du temps de Jeanette Winterson

Traduit par Céline Leroy
Parution le 07/10/2021 aux Editions Points
320 pages

Présentation de l’éditeur : Par une nuit de tempête, un Afro-Américain et son fils sont témoins d’un terrible crime. Un homme a été tabassé à mort. Quelques mètres plus loin, à l’abri : un nourrisson dort paisiblement. Abasourdis, craignant la police, les deux hommes décident de fuir en emportant avec eux la mystérieuse petite fille. Dans cette libre adaptation du Conte d’hiver de Shakespeare, Jeanette Winterson offre une superbe réflexion sur le pouvoir destructeur de la jalousie et de l’avidité.

Jeanette Winterson est née à Manchester en 1959. Icône féministe, elle est l’auteure de nombreux romans baroques et irrévérencieux, dont Les oranges ne sont pas les seuls fruitsLe Sexe des cerisesPourquoi être heureux quand on peut être normal ? et Passion, disponibles chez Points.

Mon avis

Un veuf et son fils de 20 ans trouvent un bébé dans des circonstances assez violentes. Ils trouvent également une valise de billets avec. Mais en tant qu’afro-américain, expliquer ce qu’ils ont vu ne pourrait que les mettre dans l’embarras. De plus, il est trop tard, l’homme ne peut se séparer de ce bébé. C’est là le point de départ de l’histoire. La faille dans le temps c’est le voyage qu’on va faire pour découvrir d’où vient ce bébé, ses parents et revenir au présent.

L’histoire de ce bébé c’est l’adaptation faite par Jeanette Winterson du conte d’hiver de Shakespeare. Un homme aveuglé par la jalousie, croit avoir été trompé par sa femme et son ami.

Une modernisation totalement réussie.

Même si je ne connaissais pas Conte d’hiver, je ne me suis pas sentie perdue. L’introduction nous résume l’histoire et Shakespeare apparaît dans l’œuvre ainsi que sa relation aux dénouements : vengeance, fin heureuse. Ce qui donne une belle dimension à cette reprise.

J’aime ce genre de réécriture qui est adaptée au temps actuel mais où plane toujours à travers les dialogues et l’écriture, l’œuvre originale, le passé, ce qui lui donne un côté énigmatique.

Je découvre le style incroyable de Jeanette Winterson qui nous plonge agilement dans la psyché de ses personnages, un tourbillon d’émotions : la folie d’un homme de pouvoir jaloux, dans le désespoir et l’incompréhension, dans le deuil  mais aussi dans l’amour, l’amitié . C’est sombre et émouvant. J’ai adoré.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s