La maison des égarées de Julie Kibler

Note sur mon plaisir de lecture :16/20

J’ai aimé :

  • le voyage dans le temps, le passage entre deux époques
  • Les personnages féminins déterminées

La maison des égarées de Julie Kibler
Traduit par Laura Bourgeois
Parution le 18/02/2021 aux Belfond
512 pages

Présentation de l’éditeur :Après Les Couleurs de l’espoir, Julie Kibler livre une histoire vibrante d’humanité, celle d’une amitié profonde entre deux femmes démunies, exclues, et pourtant déterminées à se relever, plus fortes, plus libres, dans l’Amérique patriarcale du début du siècle.Dans la petite ville de Berachah, au Texas, il est un refuge pour toutes celles dont la société ne veut plus, les filles mères, les épouses abandonnées, les prostituées, les droguées. Un abri où ces femmes brisées peuvent tenter de se reconstruire.
C’est là que se rencontrent Lizzie Bates et Mattie Corder, en 1904. Entre les deux mères en perdition va se tisser un lien unique, comme un pont capable de les conduire ensemble vers un avenir meilleur.
Un siècle plus tard, Berachah se résume à quelques pierres tombales moussues. Fascinée par l’histoire de ce lieu et de ses pensionnaires, Cate Sutton, une jeune bibliothécaire, entreprend d’extraire du néant les vies de ces  » égarées « . À travers les destins de Lizzie, Mattie et leurs compagnes, c’est une leçon d’espoir, de courage et de solidarité peu commune que l’Histoire s’apprête à offrir à Cate. Et dont les résonances inattendues pourraient éclairer son propre passé…

Mon avis :

Un livre qui nous fait passer de 2017 à 1907 pour nous faire rencontrer trois femmes très étonnantes.

2017 Cate travaille aux archives d’une bibliothèque universitaire, embauche Laurel une étudiante qui va l’aider dans ses recherches sur la maison des égarées. Au fil du roman, Cate nous dévoile sa propre histoire, ses tourments. 

En 1916 c’est Lizzie et Mattie qu’on rencontre dans des circonstances difficiles. Les deux femmes, mères hors mariage sont toutes les deux perdues, ont été abusées. Lizzie est accro à l’héroïne, Mattie ne peut que vendre son corps pour nourrir son petit garçon.

Elles auront leur place dans la maison des égarées, se lieront d’amitié. Amitié qu’elles entretiennent alors que Mattie décide de quitter le foyer, évolue et trouve sa voix. Mais les deux amies auront toujours à cœur d’aider les femmes en difficulté.

J’ai beaucoup aimé les parties qui traitent les histoires de Lizzie et Mattie qui m’ont touchées. Deux femmes que j’ai aimé admirer tant elles sont déterminées, tant elles sont vaillantes face aux hommes à une époque où elles devraient se soumettre ou où leur courage est mal vu.

Je garderai un beau souvenir de cette lecture et de ces trois femmes marquées par leur passé mais déterminées à avancer.


Une réflexion sur “La maison des égarées de Julie Kibler

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s