Moi aussi je sais voler de Amy Reed

J’ai aimé :

  • Les deux personnages principaux bouleversant et à l’humour grinçant
  • le monde mi-réel mi-fiction crée par l’auteur

Moi aussi je sais voler de Amy reed
Traduit par Valérie le Plouhinec
Parution le 6/01/2021 aux Editions Albin Michel jeunesse
528 pages

Présentation de l’éditeur :Billy et Lydia n’ont pas grand-chose en commun si ce n’est leur ville oubliée du monde et l’absence d’une mère.
Et pourtant, c’est ensemble qu’ils vont faire vaciller le monde. Alors que l’optimisme sincère et souvent naïf de Billy se heurte au cynisme de Lydia, leur amitié grandit. Pendant ce temps, les événements étranges se mutliplient : un brouillard épais enveloppe la ville, la maison de Billy semble se réveiller d’un long sommeil… Et Lydia recommence à danser, à vivre, à voler.Amy Reed signe un roman magistral, peinture sans concession de l’Amérique de Donald Trump, avec des accents de réalisme magique qui rappellent aussi bien Laura Kasischke que Garcia Marquez.

Mon avis :

Les lycées de Rome et Carthage dans l’Etat de Washington, fusionnent, ce qui permet la rencontre des deux personnages très attachants et tellement différents de ce roman que j’ai adoré.

Billy, le solitaire orphelin qui vit avec sa grand-mère antipathique, peu à l’écoute et complètement accro à la télévision. 

Lydia a perdu sa mère et vit avec son père un peu passif propriétaire d’un bar qui accueille les poivrots de la ville. 

Si Rome est célèbre pour un chanteur né dans la ville qui se trouve être l’oncle de Billy et Cartage, pour un roman de science-fiction que l’auteur a choisi comme point d’ancrage, ces deux villes sont aussi réputées pour la pauvreté, la drogue et l’alcoolisme.

Nos deux adolescents ont deux manières bien différentes de s’échapper de leur univers pesant. Billy grâce aux émissions pour alcooliques anonymes, Lydia grâce à la danse.

Si leur amitié ne paraît pas évidente, c’est sans compter sur la persévérance de Billy, le souffre douleur qui trouvera en Lydia une amie loyale qui saura le secouer et le défendre. Car ce livre dévoile une magnifique amitié dans un monde entre rêve et réalité avec une maison presque hantée pour Billy tombant en ruine, avec une petite fille qui hante Lydia, dans un Etat mené à la baguette par un roi fou et capricieux.

Si l’histoire se révèle lentement mettant en avant le caractère, la détresse de nos deux adolescents, les dialogues sont dynamiques, les répliques fusent. Elles sont bien souvent hilarantes et tranchantes. A partir du milieu du livre, le tout monte en pression, les caractères s’affirment, changent et même les éléments se déchaînent.

C’est un roman que j’ai adoré, essentiellement grâce à ces personnages si bien travaillés, si attachants et bouleversants mais aussi à ce monde flou finement dépeint.

Un très bon moment de lecture.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s