Les bordes de Aurélie Jeannin

j’ai aimé :

  • l’approche du livre : le discours intérieur d’un mère soumise à ses angoisses

Les Bordes de Aurélie Jeannin
Parution le 13/01/2021 aux Editions Harper Collins
224 pages

Présentation de l’éditeur : Les Bordes, c’est un lieu et c’est une famille. En l’occurrence, sa  belle-famille qui ne l’aime pas. Elle, Brune, le bouclier. Mère responsable,  tenant solidement sur ses deux jambes, un oeil toujours fixé sur  le rétroviseur ou l’entrebâillement de la porte, qui guette, anticipe,  tente de maîtriser les risques.Ce week-end, comme chaque année en juin, elle prend la route  avec ses deux enfants pour rejoindre Les Bordes et honorer un rituel  familial.
Pour celle qui craint chaque seconde l’accident domestique, Les  Bordes ressemblent à l’enfer. Trop de jeux extérieurs, trop de recoins,  de folles libertés. Trop de silence et de méchancetés à peine contenues. Trop de souvenirs. Aux Bordes, Brune saura-t-elle esquiver le pire ? Est-il possible pour  une mère de protéger ses enfants ? Derrière la mécanique du drame hasardeux et l’absence de bourreaux,  Les Bordes  dresse un portrait de la famille, de la parentalité et de la  maternité sans fard, grâce à une héroïne aussi troublante qu’humaine.

Mon avis :

Ce livre est une immersion dans les pensées qui fusent de la narratrice Brune, juge d’instruction, et mère de deux enfants avec lesquels elle et son mari passent le week-end dans la maison familiale chez les Bordes, sa belle famille.

J’ai été surprise au début du livre par toutes ces successions de pensées qui font avancer l’intrigue. Car on entend personne d’autre. Enfin si, on entend les enfants crier sous le regard de Brune souvent bien décidée à reprendre le dessus. Les phrases sont courtes et tout n’est que crainte chez cette mère qui imagine beaucoup de mauvais scénarios. J’ai eu une appréhension. Je me voyais déjà écrire un avis négatif.

Puis, j’ai été prise au piège, je suis entrée dans le livre, tout s’est révélé, l’angoisse du juge d’instruction qui, après avoir vu tant d’horreur, qu’il craint le moindre éloignement, la mère angoissée de perdre ses enfants, cette femme angoissée après le travail par tout ce qui l’attend encore comme taches à faire à la maison, cette mère qui veut absolument avoir le dessus sur ses enfants.

C’est un livre qui se dévore car tout va très vite avec ces pensées. Un livre angoissant avec une construction et un style efficace pour nous transmettre toutes les émotions de la narratrice.

Un livre aussi dérangeant car Brune, avec ses pensées, ne représente pas l’image de la mère aimante et dévouée mais celle qui est énervée. Et par touche très subtile, j’ai trouvé que l’amour de Brune pour ses enfants était dévoilé, ne serait ce que par toute l’inquiétude dont elle fait preuve. 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s