Une vie comme les autres de Hanya Yanagihara

Qu’en a pensé Cécile ?

Elle a aimé :

  • La magnifique écriture de l’auteure
  • L’émotion brute qui ressort de ce roman
  • Willem ❤

Elle a moins aimé

  • La couverture, même si après ma lecture, je la comprends mieux

Une vie comme les autres de Hanya Yanagihara
A Little Life (10/03/2015)
Traduit par Emmanuelle Erte
Parution le 30/10/2019 au Livre de Poche
1.128 pages

Présentation de l’éditeur : Ils sont quatre amis de fac, et ils ont décidé de conquérir New-York : Willem, l’acteur à la beauté ravageuse ; JB, l’artiste peintre, aussi ambitieux et talentueux qu’il peut être cruel ;Malcolm, qui attend son heure dans un prestigieux cabinet d’architectes ; Jude, le plus mystérieux d’entre eux, celui qui, au fil des années, s’affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s’approfondissent et se compliquent cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l’ampleur.

Épopée romanesque d’une incroyable intensité, chronique poignante de l’amitié masculine contemporaine, Une vie comme les autres interroge aussi nos dispositions à l’empathie et notre façon d’endurer la souffrance, la notre comme celle d’autrui.

L’avis de Cécile :

Fortement conseillé par mon amie Catherine, ce roman a fait l’objet d’une lecture commune avec Manon, qui a abandonné.

Nous n’avons pas eu les mêmes avis mais pour ma part, j’ai trouvé ce roman à la fois bouleversant, suffoquant et oppressant.
Tout d’abord, l’écriture de Hanya Yanagihara est sublime, riche, et tellement vivante ! Elle prend aux tripes et envoie de l’émotion brute.

L’histoire est celle de quatre amis, qui se sont rencontrés à l’université et que l’on suit à New-York, pendant une trentaine d’années. Tous les quatre sont talentueux, brillants et loyaux à leur amitié. JB est un artiste, Malcolm est au début de sa carrière d’architecte, Willem court les castings et Jude est assistant du procureur.
D’eux quatre, le plus fragile et également le plus mystérieux est Jude. Jude l’astre du roman, le personnage vers lequel tous les autres sont attirés. J’ai aussi eu un immense coup de cœur pour le personnage de Willem, qui a des sentiments d’une pureté comme j’en ai rarement vue.

L’atmosphère du roman est empreinte de tristesse, j’ai par moments eu l’impression que les moments heureux ne servaient qu’à nous faire plonger à chaque fois plus profondément dans le désespoir.
Peut-on survivre à tout ? Doit-on à tout prix sauver quelqu’un qui ne veut pas être sauvé ?

Assurément, Une vie comme les autres ne laisse pas indifférent.


11 réflexions sur “Une vie comme les autres de Hanya Yanagihara

  1. Je comprends ton point de vue sur la couverture. A priori, ce n’est pas forcément attirant et mettant en valeur l’histoire.

    J’aime

  2. je dois reconnaître que la couverture me rebute vraiment – mais si comme tu le dis cela se comprend mieux après lecture, je peux toujours noter le livre 😉

    J’aime

    1. Oui on la comprend mieux après lecture, c’est un homme qui souffre. Je l’ai lu sur liseuse à sa sortie et du coup, je ne voyais pas la couverture, c’était très bien ! 😀

      J’aime

  3. Mais oui, cette couverture est un vrai repoussoir. Déjà que j’ai du mal à être convaincue que je pourrais trouver mon compte dans ce roman (rien qu’au niveau de l’intrigue) malgré l’enthousiasme général, alors là, ça n’aide pas… Ah et ce passage « l’atmosphère du roman est empreinte de tristesse, j’ai par moments eu l’impression que les moments heureux ne servaient qu’à nous faire plonger à chaque fois plus profondément dans le désespoir. », ça me rappelle La Montagne en sucre, haha ! Je lirai probablement ce roman un jour mais pas tout de suite, j’ai déjà eu ma dose de tristesse.;)

    J’aime

    1. Cette couverture fait tellement réagir que j’aurais adoré être spectatrice du moment où elle a été « validée. 😀 Sinon, il n’a pas été qu’encensé ce roman, j’ai lu beaucoup d’avis négatifs, Manon l’a d’ailleurs abandonné. Tu verras si un jour, tu te sens trop joyeuse et que tu veux changer cet état d’esprit. 😀

      J’aime

  4. Une lecture en demi-teinte pour moi (https://theautistreading.blogspot.com/2016/10/recap-octobre-2016.html) qui s’est étalée sur trois mois !!!… J’ai été complètement emballé au départ, et au fil de la lecture sont apparus des défauts qui ont refroidi mon ardeur. Harold reste mon personnage préféré.
    Le principal défaut de ce roman, à mes yeux, est sa longueur inutile. Il aurait mérité d’être expurgé d’au moins la moitié.

    J’aime

    1. Mon personnage préféré est Willem, mais Harold n’est pas bien loin derrière. Je ne suis pas d’accord avec toi sur sa longueur inutile, j’ai savouré chaque page de ce roman. 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s