Dix-neuf femmes, les Syriennes racontent de Samar Yazbek

Qu’en ont pensé les lectrices optimistes ?

Elles ont aimé :

  • Des témoignages nécessaires
  • La valeur historique de ce recueil

Elles ont moins aimé

  • L’impression de n’avoir lu qu’une seule femme. Le ton est le même pour tous les témoignages.
  • La souffrance ressentie à chaque nouvelle torture

Dix-neuf femmes, les Syriennes racontent de Samar Yazbek
تسع عشرة امرأة. سوريات يروين
(2018) – Traduit par Emma Aubin-Boltanski et Nibras Chehayed
Parution le 11/09/2019 aux Editions Stock (Collection La Cosmopolite)
300 pages

Présentation de l’éditeur : « 19 femmes est le fruit d’une série d’entretiens que j’ai menés avec des Syriennes dans leurs pays d’asile, ainsi qu’à l’intérieur du territoire syrien. À chacune j’ai demandé de me raconter ‘‘leur’’ révolution et ‘‘leur’’ guerre. Toutes m’ont décrit le terrible calvaire qu’elles ont vécu.
Je suis hantée par le devoir de constituer une mémoire des événements qui contrerait le récit qui s’emploie à justifier les crimes commis, une mémoire qui, s’appuyant sur des faits incontestables, apporterait la preuve de la justesse de notre cause. Ce livre est ma façon de résister. »
 Samar Yazbek

Avec ce document unique, capital, sur le rôle des femmes dans la révolution, Samar Yazbek rend leur voix aux Syriennes, la voix de la résistance, la voix de l’espoir.

L’avis de Manon :

19 témoignages qui font froid dans le dos. 19 syriennes racontent comment elles ont vécu, ou plutôt survécu, après la révolution face à l’armée libre ou aux factions islamistes, comment elles ont résisté chacune à leur manière après les manifestations, les massacres, les tortures, la pression sur leur famille, les tentatives de fuites, l’enfer des passeurs pour atteindre la Turquie dans un premier temps. Un basculement qui rend la vie des femmes encore plus compliquée. Elle doivent se cacher, sont remises à leur place. Il leur est même interdit de manifester. Le niqab ne suffit plus, il faut que la femas été aisée. Les témoignages sont durs, on ne peut qu’être bouleversé, angoissé. 

Cela a été une lecture difficile non seulement à cause des différentes expériences mais aussi parce que je me suis rendue compte de mes lacunes. Je n’ai pas pu contextualiser car je ne connais pas l’histoire du pays mais seulement ce que j’ai pu en voir dans les médias. Ce qui m’a gêné c’est aussi que j’avais l’impression de lire une seule personne malgré les âges et les situations bien différentes des femmes. Ce qui a créé une certaine distance avec les récits. Des parcours différents retranscrits sous le même style, celui de l’auteur qui uniformise le tout. L’auteur précise qu’elle a elle même rapporté les expériences . Il y avait donc un temps après l’écoute. C’était un choix qui m’a un peu perturbé.

L’avis de Cécile :

Cette lecture est assez compliquée à chroniquer pour moi. En effet, ce que je recherche habituellement dans la lecture, c’est plutôt à m’évader, à rêver. Je ne dis pas que ce n’est pas le rôle de la littérature de nous ouvrir les yeux sur des situations existantes, loin de là ; je dis seulement que ce n’est pas dans cette optique que je lis un livre.
Mais si j’ai choisi de postuler pour le grand prix des lectrices Elle, c’était aussi pour sortir de ma zone de confort et faire des découvertes. Cet ouvrage fait clairement partie des titres vers lesquels je ne me serais pas dirigée mais je ne regrette pas de l’avoir lu.

Ce fut bien entendu une lecture éprouvante, lire ces témoignages les uns après les autres : violences, humiliations, arrestations abusives, viols, contraintes, tentatives de fuite, fuites, massacres…
Ces récits se cumulent et finissent par se confondre en une seule voix, celle d’une femme oppressée mais qui résiste.
La valeur historique de ce recueil de témoignages est non négligeable et la postface de Catherine Coquio clôture parfaitement l’ouvrage.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s