Les Brontë de Jean-Pierre Ohl

Qu’en ont pensé les lectrices optimistes ?

Elles ont aimé :

  • Le texte documenté avec des arguments solides
  • Le beau style fluide

Elles ont moins aimé

  • que Tabitha et la tante Branwell ne soient pas assez présentes dans la biographie

Les Brontë de Jean-Pierre Ohl
Parution le 28/02/2019 chez Folio (Collection Folio Biographies)
320 pages

Présentation de l’éditeur : «Une si dévorante soif de voir, de connaître, d’apprendre.»

Les sœurs Brontë… Ce pluriel, depuis un siècle et demi, fascine. Quand Emily écrit Les Hauts de Hurlevent, Anne publie La Recluse de Wildfell Hall, et Charlotte Jane Eyre. La première meurt à trente ans, en 1848 ; la deuxième à vingt-neuf, un an plus tard ; la troisième à trente-neuf, en 1855. Sans oublier Branwell, le frère écrivain maudit, qui disparaît lui aussi prématurément, miné par l’alcool et la tuberculose. Tous quatre étaient orphelins de mère. Quelle probabilité y avait-il pour que tous ces talents si originaux poussent ainsi à l’ombre du presbytère de Haworth? Faute de pouvoir éclaircir totalement ce mystère, Jean-Pierre Ohl tente d’en dessiner les contours, et de comprendre ce qui, aujourd’hui encore, rend si proches de nous les enfants du pasteur Patrick Brontë.

L’avis de Cécile :

Un de mes livres de chevet lorsque j’étais ado, était une biographie des sœurs Brontë (La vie passionnée des Brontë de Jeanne Bluteau), je l’ai lue et relue bien avant de découvrir les œuvres de cette fratrie immensément connue. Plus tard, j’ai dévoré leurs romans.
En reprenant cette biographie de Jean-Pierre Ohl, j’ai été immédiatement saisie de l’émotion toute juvénile qui m’habitait lorsque je lisais le triste et extraordinaire destin de Maria, Elizabeth, Charlotte, Branwell, Emily et Anne. Comment quatre enfants de pasteur élevés dans le Yorkshire, loin de la ville, ont pu produire chacun des textes d’une telle beauté, d’une telle puissance et d’une telle maîtrise ?
Dans mon souvenir, la biographie écrite par Jeanne Bluteau était très romanesque ; ou bien mon âme exaltée d’adolescente a choisi de ne retenir que cette impression.
C’est un texte plus documenté que nous offre Jean-Pierre Ohl, se référant à des extraits de roman, ou à la nombreuse correspondance de la famille Brontë. Sur certains points qui restent aujourd’hui un peu nébuleux, il étaye ses thèses d’arguments solides.
De même, le biographe a la dent dure vis-à-vis d’Elizabeth Gaskell, qui offre une vision maléfique d’Haworth, colportant les ragots des domestiques, donnant une image faussée de Patrick Brontë… Il met également son lecteur en garde contre la biographie de Branwell par Daphné du Maurier, ouvrage qui est dans ma PAL et que je dois lire ce mois-ci d’ailleurs.
Même si je connaissais déjà leur histoire (et que je n’ai donc pas été spoilée 🤭), ça a été à nouveau une forte émotion de retrouver les talentueux enfants Brontë, de suivre leur évolution, de voir leur talent éclore.
J’aurais toutefois aimé que l’accent soit un peu plus porté sur les personnages « périphériques », tante Branwell, Tabitha, qui ont eu une importance non négligeable dans leur enfance. Mais ce n’est qu’un léger bémol.

Écrire une biographie documentée n’exclut pas une belle écriture et une certaine profondeur dans le propos et Jean-Pierre Ohl nous offre tout cela.
Le dommage collatéral est la nouvelle addiction que je viens de me découvrir à la collection Folio biographies. 😁

L’avis de Manon:

Cette lecture m’a permis de mettre en évidence que je ne connaissais pas grand chose sur les Brontë. J’ai lu les hauts de Hurlevent et Jane Eyre et je savais qu’elles étaient secrètes. Mais je ne savais pas que Charlotte avait quand même vécu assez longtemps pour connaître le succès de ses œuvres. Cette biographie met en évidence l’influence du vécu des sœurs sur leurs œuvres et leurs personnages. J’ai ainsi découvert que les sœurs Brontë étaient cinq à l’époque et que deux d’entre elles sont mortes très jeunes. Charlotte n’était pas l’aînée. Je pensais qu’elles avaient vécu complètement recluses dans le Yorshire mais elles ont été amenées à bouger même jusqu’à Bruxelles, Charlotte en tout cas. 

Si le nombre d’informations données est important, ce n’est pas du tout indigeste. La lecture est fluide très intéressante et on y retrouve l’atmosphère un peu fermée des sœurs et du frère. On suit la tragédie qui frappe cette famille dont les enfants devaient à tout prix trouver le moyen de subsister seuls si leur père venait à mourir. Mais ce n’est pas lui qui est parti le premier. C’est un autre visage des Brontë et surtout de Charlotte que j’ai découvert, celle dépressive, un peu perdue dans le milieu littéraire, la femme que les critiques ont descendu à la sortie de ses œuvres, celle à qui on a reproché de faire rechercher l’amour dans ses œuvres. Mon seul regret est de ne pas en avoir appris un peu plus sur Anne et Emily mais aussi sur Gaskell qui, encore une chose de j’ai apprise décidément, a écrit une biographie sur Charlotte. Cette biographie m’a aussi permis de découvrir la collection biographie chez Folio sur beaucoup de personnes qu’on croit connaître.


5 réflexions sur “Les Brontë de Jean-Pierre Ohl

  1. je les connais depuis … il y a vraiment trrrrrrrrrrrrrrès longtemps, pratiquement depuis mes 12 ans, on peut dire que je suis tombée dans la marmite 😀 il est difficile de toute façon d’encore innover dans ce domaine, tout a été dit et écrit à leur sujet – et comme généralement je me rue sur tout ce qui parle des brontë, y compris au cinéma, il est certain que beaucoup d’écrits me paraissent du réchauffé – mais je n’abandonne pas le livre d’ohl pour toujours, j’attends un peu que l’impression de « déjà vu » me quitte

    J’aime

  2. J’aime les Brontë mais je ne suis pas tombée dans la marmite 😁. Il y a encore des œuvres que je n’ai pas lues alors j’an ai appris pas mal et ce n’était pas indigeste.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s